COMMUNIQUE SUITE A UNE INTERVIEW DU MAIRE DE LUNEL

Publié le par mraplunellois

Dans l’article du Midi Libre du 10/01/17, le Maire de Lunel dresse un lien direct entre le nombre de musulmans à Lunel et la radicalisation « qui engendre des tueurs ». Pour le comité du Mrap Lunellois / Petite Camargue ce raccourci est dangereux, d’autant qu’il émane du premier magistrat, garant de la sécurité de tous les lunellois. Les analyses faites au niveau national montrent que tous les milieux, toutes les origines peuvent être touchés par le phénomène de radicalisation, et que majoritairement, celle-ci se fait, à la base, sur des critères non religieux. Alors que les musulmans sont également touchés dans leur chair, à Nice comme au Bataclan, et bien sûr partout dans le monde, qu’ils se sont associés aux hommages aux victimes des attentats en particulier lors de cérémonies œcuméniques en l’église de Lunel, qu’il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de rassembler, toute stigmatisation peut engendrer tensions et situations de violence. Le comité local du MRAP réitère ses vœux 2017 d’agir avec la « volonté de continuer à vivre libres, ensemble et dans un esprit d’ouverture ».   Lunel le 11 01 2017

Pour développer notre communiqué, nous trouvons cette prise de position inefficace et dangereuse, surtout de la part d’un responsable politique, un peu comme l’était le projet de déchéance de nationalité pour les binationaux.
Inefficace, car elle ne conduit qu’à des mesures impossibles à mettre en œuvre, à moins de quitter l’état de droit (Interdire les nouveaux arrivants de confession musulmane ? Expulser une partie d’entre eux ? Mettre l’ensemble de cette « population » sous surveillance ?... )
Dangereuse, car son inefficacité… laisse les terroristes éventuels tranquilles.
Dangereuse, car en jetant le discrédit sur une partie des habitants, elle aggrave les tensions, renforce les divisions d’une société en souffrance.

La question du risque terroriste et de la manière de l’affronter mérite mieux.
Il faut savoir se servir des nombreuses études réalisées par des universitaires, et nous nous sommes engagés à essayer d’inviter nombre d’entre eux sur notre territoire, dans le cadre du 6° Printemps contre les discriminations et le racisme en Petite Camargue.
Nous les invitons à rencontrer notre jeunesse dans les lycées, mais il semble évident que le grand public en général et les responsables politiques en particulier ont tout intérêt à profiter de leurs éclairages pour notre bien à tous.

Il en est ainsi sur la question terroriste des réflexions de Gilles Keppel, qui est déjà venu dans un de nos lycées, ou d’Olivier Roy, que nous souhaiterions voir un jour parmi nous.
Dans leurs ouvrages « Terreur sur l’Hexagone » pour l’un, le « Djihad et la mort » pour l’autre, ils analysent le phénomène de deux manières différentes, l’un faisant un lien direct entre salafisme et djihad (mais pas entre « population dite musulmane » et djihad), l’autre ayant une lecture transversale et parlant d’une « islamisation de la radicalité. »
Il faut savoir profiter de leur expérience et réflexions, pas pour le plaisir de parler, mais pour agir efficacement.
Nous essayerons de présenter ces analyses plus en détail, et l’assemblée générale du 25 Janvier ne manquera pas d’enrichir la réflexion sur le sujet.

Midi Libre 12/01/17

 

La Marseillaise du 13/01/17

Publié dans COMMUNIQUE, LECTURES, DEBAT

Commenter cet article